Les mystères de la troisième République – BD 77

Premier volet de cinq tomes dont l’intrigue se passe sous la troisieme république, un tour de force éditorial qui reprend le savoir faire de Richelle et Wachs. Un bon moment dans le passé.

1937…Lucien Fabre, l’autoritaire directeur de La Vérité, un journal antirépublicain à grand tirage, est sauvagement abattu.Les articles sulfureux de ce journal ont notamment brisé la carrière d’un ministre du gouvernement de Front populaire, qui avait interdit les ligues d’extrême-droite…Tout naturellement, c’est dans cette direction que le commissaire Peretti et son équipe orientent leur enquête.Philippe Richelle et Pierre Wachs tissent une intrigue passionnante qui s’inscrit dans une France malade de ses institutions, partagée entre la tentation communiste et la tentation fasciste, à la veille de la Deuxième Guerre mondiale…

Novembre 1936. Le ministre de l’Intérieur en exercice, Roger Allendrot, est retrouvé mort noyé dans un étang en forêt de Rambouillet. L’enquête conclut à un suicide. Un an plus tard, le commissaire Peretti revient sur l’affaire. La thèse du suicide ne paraît plus si évidente. En effet, le policier se rend vite compte que l’autopsie avait été bâclée. Cela aurait-il à voir avec les prises de position du ministre contre les ligues nationalistes et antisémites qui pullulaient à l’époque? Dans ce deuxième tome de la série évènement Les Mystères de la 3ème République, les auteurs tissent une nouvelle intrigue passionnante dans la France des années 30, partagée entre la tentation communiste et la tentation fasciste, à la veille de la Deuxième Guerre mondiale…

Paris, fin 1937. Albert Devigny et la plupart des activistes de son organisation d’extrême droite sont maintenant sous les verrous. Seul manque à l’appel André Paillol, alias le « Tueur dévot », qui a disparu de la circulation après avoir forcé un barrage de gendarmerie. Alors que l’un de ses adjoints est sur les traces du criminel, le commissaire Franck Peretti mène parallèlement une enquête où l’acronyme SAIC revient régulièrement. Officiellement un centre voué à la documentation industrielle et commerciale ou à l’étude des mouvements politiques, cette « Société anonyme de l’industrie et du commerce » serait en réalité une entreprise fantôme…  une nouvelle enquête du commissaire Peretti dans les dessous troubles de la IIIe République, nous montrant comment l’idéologie fasciste gangrénait l’ensemble de la société à la fin des années 1930.

Crime de guerre… Vichy, 1940. Une semaine à peine après la proclamation de Pétain en chef de l’État français, le Parlement adopte une loi permettant de se débarrasser sans formalité de tout fonctionnaire qui ne donnerait pas satisfaction… 2 ans plus tard, dans le Paris occupé, le commissaire Peretti enquête sur le meurtre de l’un de ses anciens hommes : l’inspecteur Perrier. Il s’agirait probablement d’un règlement de compte lié au juteux marché noir qui s’est installé pendant l’Occupation allemande…

Londres, octobre 1943. Sous l’impulsion du général de Gaulle, le BCRA (Bureau Central de Renseignements et d’Actions clandestines de la France Libre) met une priorité à unifier la Résistance en France, pour le moment déchirée entre les gaullistes et les partisans de l’ancien général vichyste Henri Giraud. À Paris, le commissaire Peretti est chargé d’aller rencontrer le responsable du mouvement giraudiste Renaissance : un dénommé Féval. Mais il ignore que derrière ce nom de code se cache une vieille connaissance qu’il aurait préféré ne pas recroiser…

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s