L’incendie de la maison de George Orwell – Andrew Ervin

 L'incendie de la maison de George OrwellAttention, ce livre contient un scoop ! George Orwell n’était pas celui qu’il semblait être. Il s’appelait en réalité Eric Blair. Comme Tony mais en plus à gauche.

Ray a fait fortune à Chicago en adaptant les théories de George Orwell – en particulier celles exposées dans 1984 – au marketing. Ray est persuadé que le monde d’aujourd’hui est pire encore que celui décrit dans le fameux roman. Tout va donc pour le mieux jusqu’au jour où sa femme, persuadée (à tort) qu’il a une liaison avec l’une de ses collaboratrices, demande le divorce.
Plongeant peu à peu dans une crise morale et existentielle, Ray décide de s’exiler sur l’île écossaise de Jura, où il loue la maison dans laquelle Orwell a écrit 1984. Accompagné d’une impressionnante réserve de whisky, personnage à part entière de cette comédie, il se plonge dans les œuvres complètes de l’auteur. Mais c’est sans compter sur les habitants de l’île, en particulier Pitcairn, un nationaliste furieux et vaguement psychopathe, sa fille Molly, qui cherche à quitter les lieux, et Farkas, un voisin amical à ceci près qu’il se dit loup-garou…

Parler d’Orwell aujourd’hui, est ce que cela n’est pas un peu convenu ? Étudié, disséqué, Orwell reste un visionnaire. L’idée d’utiliser ses thèses pour un publicitaire ne démontre qu’une chose, le capitalisme sait très bien absorber ou retourner ses détracteurs.

Et pourtant, en se promenant, Ray tombe sur un immense tag ORWELL ETAIT UN OPTIMISTE. Il s’arrêta. Le spectacle était si beau- et si vrai. L’état des choses était bien ce que décrivait 1984. Orwell lui*même n’aurait pu prédire une désintégration si absolue de la vie privée. Ou l’émergence des médias sociaux comme moyens de contrôle. A la place des télécrans, on avait des smartphones. A la place du crime par la pensée, le politiquement correct. Qu’était donc internet, sinon une façon pour Big Brother de traquer nos moindres réflexions ? Jusque là, j’adhérais à l’ouvrage. mais petit à petit, l’implantation sur l’ile de Pitcairn ne donne guere d’éléments, j’ai commencé à m’ennuyer.Et finalement je me suis dit que je n’apprenais rien. On peut lire un livre sans apprendre, mais il faut alors s’amuser et là,j’ai pas réussi.

Livre sur la rédemption..Plus d’alcool, plus de mauvaise action, plus de femme, bref, on sent qu’il bosse dans la religion ce p’tit gars( boutade car il est diplômé de philosophie de la religion). En plus, il est adepte de Ségolène Royal ou bien c’est le traducteur « Vivre loin de la maison, à l’internat, avait ravivé sa curiosité. La vastitude du monde l’intimidait, et pourtant, il lui fallait tout en voir. »

Contrairement au whisky dont il est beaucoup question, j’avais pris ce livre avec le sentiment que la soirée allait être bonne, mais finalement le gout est un peu amer et la gueule de bois au réveil n’est pas carabinée. Un roman assez convenu ou alors je suis passé complètement à coté.

Publicités

6 réactions sur “L’incendie de la maison de George Orwell – Andrew Ervin

  1. Mais ce n’est pas un scoop! Je savais aussi qu’il avait participé à la guerre d’espagne, avait passé du temps sur une ile isolée du fin fond de l’écosse, etc.

    • Je pensais que le ton général que j’avais employé montrait l’ironie que je déployais dans cet article.Bon j’essaierai de faire mieux pour dire du mal la prochaine fois.

  2. Des humains contents d’être surveillés, traqués et manipulés (même inconsciemment), c’est bien ce que nous sommes devenus. Ce brave George prénommé Eric doit bien rigoler. A moins qu’il n’en pleure de désespoir car nous sommes vraiment trop bêtes !

  3. Ouh là mon sens de l’humour était débranché? What? Je comprends mieux, d’ordinaire tu es assez badin!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s