La Traque de la Musaraigne – Florent Couao-Zotti

La traque de la musaraigneActuellement l’Afrique Francophone possède deux grandes voix dans le polar. D’un coté Janis Otsemi, Frédéric Dard gabonais et de l’autre Florent Couao-Zotti, béninois dont j’ai déjà relaté l’excellent « Si la cour du mouton est sale… » Aujourd’hui ils se retrouvent tous les deux chez le même éditeur pour notre plus grand plaisir.

Quand Stéphane Néguirec, jeune Breton un brin rêveur, poète à ses heures, amoureux du large et des horizons lointains, débarque à Cotonou, au Bénin, il ne sait pas encore que question dépaysement, il va être servi ! Aux paysages enchanteurs qui l’électrisent, s’ajoutent les charmes des filles aux courbes délicieuses et notamment, ceux de la mystérieuse Déborah Palmer qui lui propose très vite un mariage blanc contre une fortune en billets verts. À l’autre bout de la ville, Jésus Light, un voyou ghanéen, traque sans relâche sa femme, Pamela, partie précipitamment avec le butin de son dernier casse… En temps normal, leurs chemins n’auraient jamais dû se croiser… Mais c’était sans compter sur cette bande de ravisseurs islamistes venus du Nigéria voisin à la recherche d’otages européens…

On retrouve la truculence dans la langue et je ne résiste pas à extraitiser. « Déborah tourna la poignée de la porte qui s’ouvrit sur un homme coiffé d’une toque aboméenne, épaules voutées, sec comme un criquet fumé, mais fourbe comme un menteur édenté. »

D’accord, l’auteur se perd un peu entre ses intrigues, mais l’introduction du terrorisme nigerian est intéressante.Même si nous sommes plus près d’un chef d’opérette que d’un psychopathe réel. En même temps, tous ces sales types sont souvent proche de la caricature. »Chakirou ne voulait consommer aucun risque qui lui resterait en travers de la gorge.dans le passé, il avait déjà subi, par deux fois,les coups tordus d’escrocs voulant lui vendre des otages supposés français ou américains.Enquête faite, il s’était révélé que le premier n’était qu’un Vénézuelien, tendance indienne, le second, un albinos aux traits de face d’ananas avec un nom bien vendable de  Charles Taylor. Un Libérien. »

Un must pour ce milieu d’été.

Publicités

4 réflexions sur “La Traque de la Musaraigne – Florent Couao-Zotti

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s