Toulouse-Lautrec en rit encore – J.P Alaux

Toulouse-Lautrec en rit encore

On me dit dans l’oreillette qu’il s’agit de l’auteur de la série « Le sang de la vigne ». Merci Thierry, mais j’ai pas la télé donc il va falloir trouver autre chose pour captiver les foules.

J’ai déjà chroniqué un ouvrage du même avec les mêmes protagonistes qui se passait à Cordouan ? C’est vrai .

Nous voici donc dans le Tarn, pays du Gaillac ( c’est vrai que c’est bon ce liquide ambré) et autres bonnes choses. C’est aussi la patrie d’un peintre affichiste célèbre. Autant pour son infirmité que pour ses personnages peints. J’ai nommé Henri de Toulouse-Lautrec, nabot rejeton d’une noblesse décadente, habitant des bordels et peintre de la  » goulue « .

Dans le musée d’Albi, au palais de la Berbie, deux toiles sont volées, déclenchant le suicide du concierge, la disparition d’un gardien et la venue du conservateur en chef du musée des Monuments français, le sieur Séraphin Cantarel. Rejoint par son assistant et son archéologue de femme il va mener l’enquete, secondé par la police.

L’action se situe dans les années Giscard ( au siècle dernier) et cela ne gêne absolument pas.

Amateurs d’érudition , de bons mots et d’histoire facile, vous pouvez vous divertir sans arrières pensées de ce petit polar sans prétention mais bien agréable.

Une petite devinette : quel est le mot de la langue française qui possède plus de vingt cinq synonymes ? Allez, je vous aide, l’un deux est : l’abbaye des s’offre-à-vous.

PS c’est moins embetant qu’Adrien Goetz

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s