Blue Jay Way – Fabrice Colin

Blue Jay WayJulien, un jeune Franco-Américain, devient le précepteur de Ryan, fils de la romancière Carolyn Gerritsen et de son ex-mari, le producteur Larry Gordon. À Blue Jay Way, villa somptueuse qui domine Los Angeles, Julien est confronté aux frasques du maître des lieux et à une jeunesse dorée qui a fait de son désoeuvrement un art de vivre. Séduit par ce mode de vie délétère, il noue une relation amoureuse avec l’épouse de Larry, Ashley. Lorsque celle-ci disparaît mystérieusement, c’est le début d’un terrible cauchemar : morts violentes, mensonges, trahisons et manipulations se succèdent.

mouais !

C’est un pavé, du lourd pour occuper toutes les vacances si l’on n’y prend garde. La première difficulté est de se retrouver dans le nombre important de personnages qui est mis en place, mais dont les interactions vont apparaitre.

On hésite beaucoup entre le polar, mais aussi l’épouvante, avec les mises en scene, les disparitions, les apparitions. Sans compter les personnages cyniques que l’argent domine. On est pris dans la toile et en même temps, je me dis que tout ces gens ne m’interessent pas. Il y a un cité Bret Easton Ellis dans cette description de gens immmoraux. Et une fois que le constat est dressé, que reste t’il à dire de plus ?

Mitigié je suis….

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s