Le Sourire de Mao – Jean Luc Cornette & Michel Constant

Le sourire de Mao     Après des années de crise politique, la Belgique s’est finalement séparée en deux états.
Dans un futur proche, en République Démocratique de Wallonie. Ludmilla et Manon, deux jeunes adolescentes, membres de Fauves de Hesbaye, une formation scoute, sont de ferventes supportrices du président Delcominette. Un président qui lorgne sur les méthodes de Mao Tsé Toung pour diriger son pays et qui pour cela, n’hésite pas à acheter aux chinois la dépouille embaumée du Grand Timonier. Et cela tombe bien, la Chine, qui a basculée dans l’économie de marché, souhaite se débarrasser de cet encombrant symbole d’un temps révolu. La vie de Ludmilla va être bouleversée par différentes rencontres. Elle est blessée accidentellement par Antoine, un jeune garçon fougueux, très critique envers le régime. De son passage en prison (ou plutôt en camp de rééducation par le travail), Antoine fait la connaissance de Frank, l’assassin présumé d’un jeune scout. À leurs sorties respectives, Frank et Antoine cherchent à revoir Ludmilla, mais pour des raisons bien différentes. Car tous ne sont que les pions d’un complot qui se referme inexorablement sur eux.

     A partir d’une trame qui aurait pu se contenter de lorgner vers le thriller politique ou bien une gentillette histoire à la manière franco-belge, les auteurs nous ont surtout concocté une sérieuse piqûre de rappel sur l’installation du fascisme. Car si l’histoire semble banale avec ces jeunes scoutes et presque risible dans l’affichage de la vénération du chef, on voit vite apparaître en toile de fond ce que les nazis firent en Allemagne dans les années trente.

Manipulation de l’opinion en montant de toute pièce des attentats ou des pseudo atteintes à l’ordre établi, création de mouvement de jeunesse et contrôle des masses par des petits chefs etc…En fouillant dans les poubelles de l’histoire rapidement les noms qui inspirèrent les auteurs. D’ailleurs, n’oublions pas qu’une partie de la Belgique à l’instar de la France pris parti pour le mauvais coté durant ces années noires.

Si la couverture semble souriante, l’aventure se révèle plus difficile. Une bonne surprise que ce sourire de Mao. Une BD que je qualifierais de politique, mais surtout de pédagogique, même si elle n’agit pas sur les même ressort qu’il était une fois en France de Nury.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s