La Liberté de Parole – Mark Twain

La Liberté de paroleAvec ce recueil de conférence, je me suis décidé à rentrer dans Mark Twain. Depuis le temps que j’en entend parler, il doit bien y avoir une raison !

Célèbre pour ses aphorismes, journaliste mais aussi premier grand auteur de l’Amérique moderne, Mark Twain ( pseudonyme) a laissé un nom dans la littérature américaine.

De cette liberté de parole, j’ai retenu une certaine inégalité de l’oeuvre.

Tout commence par la liberté de la presse !

La presse s’est moquée de la religion jusqu’à ce que ses railleries deviennent populaires. Elle a défendu des hauts fonctionnaires criminels, pour des histoires de partis, jusque ça aboutisse à la création du Sénat américain, dont les membres sont incapables de comprendre quelle différence il y a entre un crime aux yeux de la loi et la dignité de leur propre personne, et sont moralement aveugles de surcroît. Elle a pris à la légère la malhonnêteté jusqu’à ce que nous nous retrouvions avec un Congrès qui passe un contrat pour travailler contre une certaine somme, vole délibérément des suppléments de salaire dans l’argent public et se montre surpris et marri que l’on puisse s’émouvoir de pareilles vétilles. Toute ressemblance avec la situation actuelle ne pourrait être que fortuite car ce texte date d’il y a cent cinquante ans ! Comme quoi….

     De même la définition de la liberté de parole est excellente, elle me rappelle celle en exergue du Canard Enchainé qui  défini la liberté de la presse comme ne s’usant si l’on ne s’en sert pas.

      En revanche, le texte sur un journaliste au Tennessee semble plus une loufoquerie qu’une autobiographie sérieuse. De même que la non candidature au poste de gouverneur. Mais cela se termine par « les opinions d’une galette de maïs », qui rehausse l’ensemble de ce court ouvrage.

     Bref, un ensemble par trop inégal pour que je me lance immédiatement dans l’oeuvre de Mark Twain, même si j’ai en stock son autobiographie inachevée. La peinture sociale est féroce et précise, mais il existe dans l’habillage une forme de trop qui noie le propos. A creuser pour plus tard.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s