Le Diable dans la Ville Blanche – Erik Larson

Le Diable dans la ville blanche1893 : à l’occasion de l’Exposition universelle de Chicago, l’architecte Daniel H. Burnham est chargé de créer une cité de rêve, la Ville blanche. Dans l’ombre du chantier, H. H. Holmes, un jeune et séduisant médecin, est en réalité l’un des tueurs en série les plus terrifiants de l’histoire du crime. Dans l’hôtel où il attire ses victimes, il a installé une chambre de torture et un four crématoire. Deux cents personnes sans doute, des femmes surtout, n’en réchapperont pas. Un document exceptionnel où l’on constatera, une fois de plus, que la réalité dépasse toujours la fiction.

      Le problème avec ce thriller, c’est qu’il n’en n’est pas un !

Alors que j’attaque la deux cent cinquantième page, j’ai bien compris qu’un type nommé H H Holmes tuait ce qui lui passait sous la main car on me le laisse entendre dès le départ. Mais le plus gênant, c’est que je ne vois toujours pas à quoi ressemble la foire universelle colombienne. Qui comme son nom l’indique est celle de 1893 se déroulant à Chicago pour les quatre cents ans du débarquement de Christophe Colomb aux Amériques.

Pour ceux qui souhaite un cours sur la construction d’une exposition universelle et les affres qui en découlent, ce livre est idéal. Surtout qu’il s’agit d’éclipser l’exposition française de 1889 qui vit la construction de la tour Eiffel et les villages exotiques appelés aussi zoo humains. En tant que petit français, j’ai bien retenu mon Histoire nationale, et je sais très bien que l’expo française fut pleine de gloire. D’ailleurs c’est bien simple, je croyais qu’il n’y avait eu que celle là et deux ou trois autres dont la renommée avait paru bien palote. Que nenni, il semblerait que quatre années plus tard, les américains jaloux voulurent faire mieux que nous !

Afin de me faire une idée, je suis allé fureter sur le net pour voir quelques images. Il semble donc que cette partie soit vraie. Il y a bien eu une exposition dite de la ville blanche en 1893. Et sa conception est ici remarquablement retracée.

A titre d’anecdote, « Sol Bloom reçut un cable qui le laissa pantois. Il le lrelut plusieurs fois…Ses Algériens, plusieurs dizaines, ainsi que tous leurs animaux et tous leurs biens terrestres, étaient déjà en mer, voguant vers l’Amérique- un an trop tôt. Ils avaient choisi le bon mois, commenta Bloom, mais pas la bonne année.  Il y eu aussi cette femme qui pour calmer un homme pris de vertiges et de panique à bord de la grande roue, dégrafa sa jupe et la jeta sur la tète de l’homme. Une femme qui se déshabillait en public, un homme à la tête enveloppée d’une jupe- les merveilles de cette foire semblaient infinies.

Toute la logistique, la créativité des différents corps de métier, rendent ce texte passionnant d’un point de vue historique, mais de thriller, il n’est point question.

Quant à Holmes, il tombera pour escroquerie à l’assurance, ce qui déclenchera une enquête qui amènera à sa condamnation pour le meurtre des enfants d’un de ses anciens complices.Un peu par erreur finalement.

L’expo sera ravagée par un incendie, et il ne resta finalement pas grand chose de la ville blanche.

Voici l’avis que j’ai donné au livre de poche.
Moi qui ai toujours tout voulu savoir sur l’expo universelle de 1893, je me suis régalé. On suit quasiment minute par minute la sortie de terre des différents bâtiments. Tout étudiant en architecture se doit de l’avoir dans sa bibliothèque ! Quand à la partie thriller, elle n’est pas commune. Ce qui en fait un must dans une sélection polar ? A la fin de l’intrigue, on cherche encore le coupable.

Ironique, qui a dit ironique ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s