Sacrées Vacances – Ted Stanger

Sacrées vacances ! - Une obsession françaiseRevoilà le plus français des journalistes américains !

Et cette fois, c’est pour nous reprocher de ne vivre que pour nos vacances. Trop nombreuses, trop longues, trop françaises finalement !

Première constatation, comme pour le reste, c’est ceux qui en parlent le plus, qui en ont….le plus !

Historiquement, la gauche a accordé plus de temps libre, mais ce sont les politiques de droite qui en profitent le plus ouvertement. Sans vergogne, au nez et à la barbe de leur electorat bourgeois et classe moyenne, ces jouisseurs nèo-libéraux se font photographier au repos, exhibant le fruit d’une réussite toute calviniste.Présenter ses vacances au public est tout un art. En s’affichant lisant et relisant Machiavel par exemple.

Finalement mon impression était la bonne

Quant au chapitre 12, reprenant la Folie des grandeurs en s’intitulant « Mes seniors, il est l’or… » il attaque d’emblée un fléau du monde moderne.

     On les voit partout : dans les Tgv, dans les salles d’attente de Roissy, dans les halls d’hôtels, sur les aires de repos des autoroutes et les vols low cost.Ils s’en vont contempler les Pyrénées, les pyramides ou l’Himalaya. Qui ? Des bataillons de vacanciers aux tempes grises subventionnés par les pauvres qui continuent à cotiser pour eux.

     Mais et là se trouve la vérité première, Autrefois, les enfants étaient exploités comme une main d’oeuvre sous payée. Aujourd’hui ils le sont pour faire les choux gras des pros du loisir. A chaque époque ses abus de mineurs…Ces treves representent une aubaine pour les professionnels du tourisme, tres attachés à ce privilège. C’est ainsi que la cabale entre professionnels et fonctionnaires pérenise la formule 6 semaines de classe suivies par 15 jours de repos, qui garantit une rente exeptionnelle aux hôteliers, aux restaurateurs, aux sociétés d’autoroutes et de transports et tutti quanti.

Un peu moins convaincant quand il nous parle des américains qui eux ne prennent pas de vacances, mais qu’une forte convivialité permet d’aller au boulot cool. Ce qui au passage justifie notre réputation de productivistes échevelés.

Stanger nous fait le coup des stéréotypes et bien qu’il relativise ( un peu ), qu’il les contrecarre, voir les brise, il ne fait au fond que les conforter. Ce qui est dommage ….il va finir par me lasser.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s