Orages Ordinaires – William Boyd

Orages ordinairesAdam Kindred est un chercheur travaillant sur les nuages. Récemment débarqué à Londres pour postuler à un emploi de professeur après son divorce et une aventure brève avec une étudiante, il croise au restaurant un homme aussi seul que lui. Alors qu’il lui rapporte un dossier oublié pendant ce déjeuner, il tombe sur un cadavre.

A partir de là, Boyd bâti son ouvrage mélangeant le thriller au roman, s’approchant de Le Carré pour l’intrigue des milieux pharmaceutiques, mais se gardant bien de toute fin moralisatrice.

Pour échapper à la police, Adam sombre dans l’anonymat, rejoignant la cohorte des exclus de notre monde civilisé. C’est d’ailleurs cette approche de la déchéance humaine qui passionne. Boyd décrit très bien les mécanismes qui font qu’un homme peut du jour au lendemain tout perdre, se retrouvant à la rue, sans argent, négligé, sale, bref; la descente de la normalité à l’exclusion.

Parallèlement, on suit l’évolution marketing d’un médicament, son cheminement de l’état d’élément de recherche à produit fini.

On ajoute à cela le fonctionnement des églises type pentecotiste et leurs liens avec la politique et une virée dans les quartiers pauvres de Londres.

On croise aussi un tueur, membre d’une compagnie ayant pignon sur rue, qui recycle les anciens militaires en mercenaires.

Un très bon livre, ce qui me rassure car Boyd ne faiblit pas contrairement à un certain nombre d’auteurs qui tournent en rond dans leurs intrigues.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s