Des Gens très bien – Alexandre Jardin

Des gens très bien16 juillet 1942, la Rafle du Vel d’Hiv .Le directeur de cabinet de Pierre Laval s’appelait Jean Jardin ! Plus connu sous le nom du Nain Jaune tel que le surnommera son fils Pascal dans le livre éponyme.

C’est aujourd’hui le tour d’Alexandre, petit fils du nain jaune et fils de pascal. Mais là où son père a joué de la dérision et transformé Jean au point de lancer l’aventure de cette famille fantasque, Alexandre fait lui oeuvre de repentance. Sujet fort à la mode aujourd’hui.
D’Alexandre Jardin, j’avais lu le Zèbre, acheté « le roman des jardins », lectures faciles pour les vacances, ironie sur le mode ma famille est bizarre mais qu’est-ce qu’on se marre.
Ici, le registre change du tout au tout. Bien écrit et agréable à lire, il y a quelques bonnes trouvailles, dont l’ami juif Zac avec sa grand mère nazi. De même, le questionnement sur comment peut on non pas laisser faire mais participer activement, car à un certain niveau de compétence, il y a participation. La justification de faire pour le plus grand nombre ne tient plus. Là est d’ailleurs la force de la démonstration, car des gens très bien, au demeurant fort appréciés, de par leur attitude non pas complaisante mais active ont permis le pire en l’accompagnant.Même des juifs ne voit pas cet aspect du personnage, tel Assouline , biographe émérite, qui ne reproche pas la rafle du Vel d’Hiv à Jean de par l’absence de documents prouvant cette participation active.Le dialogue avec son père enfant, qui démonte « ma guerre à neuf ans », se coté oeil invisible observant les scènes, tout cela sont autant d’éléments à mettre au crédit d’Alexadre Jardin.
Les critiques entendues ici et là sont parfois très dures, à cela je vois plusieurs raisons.

La première étant qu’on ne doit pas dire ce que tout le monde sait depuis longtemps. Mitterand et Bousquet, Couve de Murville, droite et gauche n’ont pas été que résistance. C’est un point qui déplaît toujours aux gardiens de la mémoire.

La deuxième, c’est que le mieux est l’ennemi du bien. Battre sa coulpe, s’interroger, sont des choses importantes, une bonne introspection fait toujours du bien. Mais lorsqu’on en vient à vouloir à tout prix laver son nom en pratiquant une forme de prosélytisme inverse, on frôle le mauvais goût. Cela en devient même contre productif. Que veut dire « enjuiver la France » ? J’avoue ne pas avoir compris le concept, mais il y a là ce qu’il faut pour provoquer un effet inverse à celui recherché. La grande théorie du complot juif, de la domination du monde, ne peut que se trouver renforcé par ce genre d’abus de vocabulaire.Ce qui serait le comble.
Au final, un livre qui se lit très bien, avec de bonnes questions, mais qui se déprécie de lui même par un activisme limite forcené et très improductif.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s