Le Déclassement – Camille Peugny


      En voilà un sujet
qui me tient à coeur. Et qui pour moi s’inscrit dans une logique d’explications aux générations précédentes.

     L’auteur part du fait réel et tangible contrairement à ce que pense Eric Maurin, que connaître une réussite sociale moins bonne que celle de ses parents n’est plus
exceptionnel. Pour cela , le sociologue s’appuie sur une étude statistique indiscutable.

      Le constat est simple, le niveau d’étude et d’éducation augmente mais l’ascenseur social est descendant. D’où un sentiment de frustration où les déclassés oscillent
entre rébellion et retrait. Ayant la malchance (selon l’auteur)  d’être né en 1968, je me sens en plein coeur de cible comme dirait l’autre.

     L’ensemble des analyses est fort clair ainsi que la description des groupes de déclassés formés. En revanche, l’idée que la solidarité intergénérationnelle se développe
me dérange dans le sens où de mon point de vue c’est plus un sentiment de subordination et donc de colère vis à vis de la génération précédente qui prévaut. Oui la famille apporte une aide mais
quel carcan se développe dans la tête de ceux qui sont contraints d’y recourir ? Les relations sont elles aussi apaisée qu’elles paraissent, ou bien le fossé entre génération de profiteurs et
génération de sacrifiés ne fait il que s’élargir ?

     Là où je suis beaucoup plus sceptique, c’est l’analyse du vote d’extrême droite qui  serait issu du déclassement. La corrélation me semble moins évidente et moins
bien étayée. Car si le déclassé est apte au ressentiment, il a tout de même appris à penser et les exemples cités relèvent plus du café du commerce que de la pensée argumentée.

    Toutefois, la conclusion sur le fait de repenser le supérieur et l’orientation professionnelle ainsi que l’apport de l’école en générale sont des pistes dont il faut s’emparer
et débattre non pas pour habiller des économies budgétaires, mais pour repenser notre contrat social.

     Bref, un livre à lire en préambule à une pensée renouvelée sur l’ascension républicaine.

Publicités