Le Travailleur de la Nuit & Les Miroirs du Crime – BD 74

Le Travailleur de la Nuit : Matz et Chemineau

Alexandre Jacob a connu un destin hors du commun. Son gang de cambrioleurs, surnommé « Les Travailleurs de la nuit » par les journalistes, a écumé la France entière, défrayé la chronique, et Jacob, qui laissait sa carte avec un mot d’humour à ses victimes, distribuait ses butins énormes aux nécessiteux, vivant modestement. Il aurait inspiré Arsène Lupin.
Auparavant, il a couru le monde, depuis son plus jeune âge, comme mousse et marin. Il en a retiré une vision du monde personnelle et de solides convictions anarchistes. Il ne supporte pas l’injustice et l’hypocrisie. Mais son engagement politique le conduit en prison et à ne plus pouvoir travailler, ce qui le jette dans la carrière criminelle.

Après un procès retentissant, où il insulte les juges et les jurés, menacés de mort par ses complices, il est condamné à finir sa vie au bagne, à Cayenne. Mais ce serait mal le connaître de penser qu’il se plierait à une telle sentence… Il trouvera même le moyen de rentrer… Sincère et droit, intelligent et généreux, enragé et sensible, Alexandre Jacob fascine et séduit.
L’histoire d’un homme attachant et unique, le reflet d’une époque révolue de l’histoire de France, mais qui trouve des échos dans le monde d’aujourd’hui.

Chroniqué chez Yv , ce livre me rappelle le plaisir que j’avais eu à découvrir un autre grand de l’anarchisme Auguste Blanqui. Des gens qui faisait rimer leurs opinions et leur engagement. J’avoue que j’essaie, mais c’est pas tous les jours faciles.

Les miroirs du crime : Hé et Simsolo

Pigalle, novembre 1954. Le quartier entier est un repère de malfrats et maquereaux de la pire espèce. Guy, patron ambitieux et relativement intègre du club La Perle noire, s’apprête à acheter un nouveau cabaret. Sauf que la vente ne se conclut pas vraiment comme prévu… Lors d’une fusillade, Guy perd son frère, ne devant la vie sauve qu’à un clochard qui s’interpose entre lui et les balles. En homme d’honneur, il a maintenant une dette à payer. Mais d’abord, il doit trouver celui qui a essayé de l’assassiner…

Paris sera toujours Paris, un bel hommage au cinéma de l’époque, Melville, le roman noir et la nuit. Le lecteur y trouve tous les ingrédients attendus : loyauté et trahison, nuit interminable, scènes d’action, rebondissements imprévisibles.

Un diptyque avec tous les ingrédients du genre ce serait dommage de ne pas se laisser aller.

 

Publicités

Notre Espion en Amérique – Arnaud Delalande

Notre espion en AmériqueVoici l’histoire de Viravolta, véritable James Bond du XVIIIe siècle et espion du roi de France, jeté avec La Fayette dans la tourmente de la Guerre d’Indépendance. Aux côtés de George Washington et des Américains, il va livrer une guerre sans merci aux services secrets du roi d’Angleterre, à l’heure d’une révolution qui, avant la Révolution française, allait changer le monde en édictant le droit pour tous à la vie, la liberté, l’égalité et la recherche du bonheur…

Des antichambres de Versailles aux grandes plaines d’Amérique, de l’entourage du roi de France à l’intimité de Washington, des guerres de coulisses aux batailles épiques, voici, comme si vous y étiez, la naissance d’une nation – et celle d’un nouveau monde.

Arnaud Delalande continu d’explorer l’Histoire par le biais d’un héros récurrent et je ne boude pas mon plaisir. Pour mémoire..

Les Adaptations de Romain Dutreix – BD 73

Hé oui, Dutreix parodie les autres.Parce que cela ne coûte rien et que cela se vend mieux ! Cette série de mini ouvrages est collector car ils sont signé de la main de Monsieur Dutreix, à moins qu’il n’ai embauché un faussaire pour contrefaire sa signature.Chaque livre reprend un classique et le détourne. Pour rire et rire en même temps.

Imaginez l’univers de Zombies transposé au milieu de la bande dessinée. Une maladie transforme les gens en zombies fanatiques de la dédicace. Les dessinateurs et libraires vivent reclus et se protègent des assauts des collectionneurs morts-vivants.
Spécialiste de la parodie avec ses Impostures, Romain dutreix nous livre une version hilarante de la série Zombies réalisée par Sophian Cholet et Olivier Peru aux éditions Soleil.

Spécialiste de la parodie avec ses Impostures, Romain dutreix nous livre ici sa version du Niourk qu’Olivier Vatine a réalisé aux éditions Ankama. Le résultat est un hommage drôle et brillant tant à Vatine qu’à Stefan Wul lui-même.

 

Au moment d’attaquer son album Paul dans le Nord, Michel Rabagliati apprend que le personnage habituel n’est pas disponible pour cette nouvelle aventure. L’agence lui envoi donc en remplacement un acteur américain, nettement plus … mainstream.

Toute l’histoire de Paul dans le Nord est revisitée façon Romain dutreix, qui va pousser le bouchon loin, très loin !

 

Un jeune dessinateur se prend pour un héros de BD maritime épique, c’est sans compter sur le vilain capitaine dutreix qui va lui rappeler les rudiments de la ligne claire…

Avec ce quatrième mini-album parodique réalisé par dutreix, c’est Riff Reb’s, avec son Loup des Mers, qui en prend pour son grade.